note sur "Robespierre"

Maximilien Marie Isidore (de) Robespierre (1758-1794)

Dit l’ "incorruptible", pour la raison qu'il semble être l'un des rares révolutionnaires à ne pas profiter personnellement du pouvoir, Maximilien Marie Isidore (de) Robespierre (1758-1794), avocat à Arras, issu d'une famille de juristes de petite noblesse, utilise le Comité de salut public à partir du 27 juillet 1793 pour imposer la dictature de l’extrême-gauche montagnarde, une dictature qu’il voudrait « vertueuse » et qu’il place sous la protection de l’Etre suprême dont il organise le culte.

La première grande cérémonie officielle de l’Etre suprême est présidée par Robespierre le 20 prairial (8 juin) 1794 et le surlendemain la loi du 22 prairial ouvre la « Grande Terreur » : pas d’interrogatoires, pas de témoins, pas d’avocats, une seule peine, la mort ...

Dirigé par Paul (de) Barras, corrupteur et corrompu, la réaction des conventionnels survivants le conduit à l’échafaud le 10 thermidor (28 juillet) 1794.

A Paris du 22 prairial au 10 thermidor il y eut 1 376 guillotinés. Au total pour environ 500 000 incarcérations et plusieurs milliers de décès pour maladie et mauvais traitement la Terreur aurait fait 17 000 victimes environ qui furent guillotinées après procès et environ 25 000 qui furent exécutées sans procès.
A titre de comparaison la guerre civile en Vendée aurait fait selon les historiens entre 100 000 et 350 000 morts, blancs (royalistes) et bleus (républicains), entre 1793 et 1796, y compris les victimes de la famine.

Retour Première page