Max Stirner (1806-1856)
et l'Association des égoïstes.

Max Stirner, de son véritable nom Johann Caspar Schmidt (Stirn= front, surnom donné à cause de son large front), est un anarchiste individualiste, bien qu'étant au départ un hégélien de gauche comme Marx. Il est né à Bayreuth le 25 octobre 1806 et décédé à Berlin le 25 juin 1856 après avoir mené une existence solitaire et financièrement difficile.
Il est l'auteur d'un ouvrage qui fit scandale chez les "bien pensants" : Der Einzige und sein Eigentum, Otto Wigand, Leipzig, 1844, L'Unique et sa Propriété et autres écrits, L'Age d'homme, Lausanne, 1988 ; et qui fut critiqué : Karl Marx et Friedrich Engels font dans L'Idéologie allemande (1846), Messidor-Ed. Sociales, Paris, 1982 , sous le titre de Saint Max une critique du livre de Stirner.

Pour Stirner l'Homme, qui est Unique, ne peut être la propriété de qui, ou de quoi, que ce soit, donc ne peut être la propriété de l'Etat, y compris de l'Etat politiquement libéral.
Stirner attaque violemment l'Etat libéral. Pour lui le libéralisme politique conduit à l'esclavage du Moi et, par le libéralisme social, à la nationalisation des propriétés, c'est à dire au vol de ce qui appartient au Moi.

C'est l'Homme qui est propriétaire de toute chose, et il ne peut être dépossédé.
C'est pourquoi Stirner affirme que la Société doit être fondée sur l'Egoïsme, le culte du Moi souverain.
L'organisation sociale doit être une "Association des égoïstes", tous souverains, qui n'auront d'autre objectif que celui d'être ce qu'ils sont.

Vers Première Page

Jouissance